Err

Vente des meilleurs champagnes de grandes maisons et de producteurs. Grande sélection de champagnes.
  •  
  •  

Le mildiou, la peste du vigneron en 2016

Le Mildiou

Le mildiou était sur toutes les lèvres (ou plutôt les vignes…) des vignerons et maisons de Champagne cette année.
Cette maladie est issue d'un champignon originaire d'Amérique du Nord qui fut sa première apparition dans le Bordelais en 1879.
La combinaison de chaleur et d'humidité est propice à son développement 

Sur la feuille de vigne, il apparaît comme une tache de couleur jaune à brun rouge. Il altère alors le tissu de la feuille en la desséchant, privant ainsi la plante d'une partie de photosynthèse.
Sur les grappes, la rafle prend un coloration rougeâtre ou brunâtre. Les inflorescences qui la composent dessèchent à leur tour et finisse par tomber. Les boutons floraux et jeunes baies se couvrent d’inflorescences blanches. Après la nouaison, les baies prennent une teinte brun rouge à violacée appelée rot-brun, les baies vont dessécher durant la phase de maturation.

Le mildiou se "conserve" sous forme d'œufs dans les feuilles tombées au sol durant l'hiver. Par la suite, à partir d'une température de 11 °C et d'humidité les œufs (oospores) germent et contaminent les jeunes organes de la vigne.
 Par la suite, le mildiou touche tous les organes de la vigne.

Les traitements biologiques consistent à utiliser de la bouillie bordelaise (cuivre).

Les Traitements chimiques :

De contacts : se déposent sur les feuilles mais sont lessivables par la pluie.
Pénétrants : pénètrent dans la feuille.
Systémiques : pénètrent dans la feuille et circule également dans la sève.

Il faut également prendre note qu'avec le temps et l'intensification des traitements, le mildiou devient résistant à ces traitements.

Bien sûr, les traitements chimiques sont en théorie plus efficace, de gros dilemme chez les vignerons Biologique peuvent alors se poser: perdre le label ou risquer la quasi totalité d'une récolte.

La plupart de nos vignerons champenois en biologie comme Francis Boulard, David Léclapart témoignent d'une perte d'environ 30 % suite à cette maladie. Des vignerons raisonnés comme Raphael Bérêche ne sont pas loin de ces résultats.

Le mildiou attaque la vigne
Rédigé le  29 sep. 2016 15:16  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site